25 ans de web ! Et oui déjà ! Cette gentille révolution numérique qui n’en cache pas moins une vrais révolution industrielle a bouleversé les relations entre marques et cibles. Le webmarketing est là pour remettre du liant dans toute stratégie numérique et pérenniser les actions d’une entreprise. Voici donc pourquoi ce webmarketing est devenu mature :

1. Tous les secteurs d’activité ont pris conscience que le webmarketing n’était pas une mode mais un changement profond des habitudes de consommation et d’appropriation de l’information.

 Si le retail a été fortement impacté durant ces dernières années, ce sont au tour des sociétés services de changer de mentalité. Le BtoB est en pleine mutation sur le dialogue avec ses cibles. Je le constate tous les jours avec de nouveaux clients mais aussi en regardant l’essor et la prédominance d’outils comme LinkedIn et SlideShare dans les rapports marketing et commerciaux.

2. Les territoires de rencontres entre marques et cibles se sont démultipliés, affinés et bonifiés

Facebook est devenu un mammouth social avec ses parts de marché, il n’en reste pas moins que son universalité ne convient pas à nombres d’internautes qui cherchent des affinités non plus dans un lien avec une marque mais aussi à travers des fonctionnalités spécifiques correspondant à des usages liés au nomadisme par exemple (géolocalisation, messages éphémères…). Plus que jamais les marques doivent faire des études webmarketing avant même de se lancer pour trouver la bonne stratégie d’influence et d’engagement.

3. Les interfaces des réseaux sociaux et médias sociaux se pérennisent

2013, à vue de gros changements de certaines interfaces comme Flick’r ou Google +. Dorénavant on voit que les retouches sont mineurs et finalisent certaines convergences (comme entre surfaces mobiles et ordinateur de bureau). La pérennité des interfaces permettent aux entreprises de proposer des contenus adéquats et donc de mieux échanger avec leur cibles

4. Le ROI digital est pleinement mesurable

Les outils de mesures des indicateurs clés de performance sont devenus professionnels. Google Analytics mesurent mieux les comportements et les données de conversion, Klout est devenu plus simple et un outil de veille concurrentielle important, Facebook offrent des données essentielles pour comprendre l’engagement des cibles et les habitudes de lecture de celles-ci… Il est désormais inconcevable de définir une stratégie numérique sans que le client ne s’approprient ces données, cette culture. Les professionnels, telles les agences, qui ne mettent pas en avant ces données et leurs compréhensions, dans leur productions, sont voués à l’échec.

5. Les stratégies cross-canal : on n’oppose plus numérique et physique. 

La logique de conversion n’est pas que numérique. On a eu trop tendance à oublier le physique. L’important est d’avoir une dynamique marketing globale qui prend en compte toute la puissance de chaque lieu de conversion : sites, landing pages, points physiques… La synergie autour de la conversion finale doit être le liant de toutes productions numériques afin de pérenniser les actions et de mieux les maîtriser.

6. Les technologies se sont libérées au plus grand nombre. 

Si cela a commencé il y a quinze ans avec les blogs, le web social n’a de cesse de proposer de nouvelles interfaces toujours plus simples et conviviales. La portabilité à favoriser la lecture, la veille et la diffusion. Reste à se demander quel est l’impact, de ses contenus à la durée de vie si courte? Une chose est certaine, une marque sans ligne éditoriale clairement définie aura du mal à se faire reconnaître. La ligne éditoriale reste la marque de fabrique d’une marque est le fil conducteur de ses contenus. Les nouvelles technologies ne sont et ne restent que des outils.

7. La mobilité ancre profondément les usages (achat, géolocalisation…)

On le voit à travers le trafic des mobinautes sur les sites. Les sites de mes clients tournent aujourd’hui à 25% de moyenne de trafic mobile alors qu’il y a deux ans, on était à peine autour de 5/6%… L’appropriation des outils mobiles est fulgurante. Les sites et toute la stratégie digitale doit s’adapter à ses changements d’usage : en terme d’interface, de temps consommation machine, d’environnement, d’accessibilité à l’information…

 

Trouvez-vous vous aussi que le webmarketing est arrivé à sa pleine maturité ?

Un besoin de mieux comprendre le webmarketing ? Et si vous suiviez une formation en webmarketing  ?

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...